A la une Une TDS pas comme les autres – par Greg TDR Bourgoin

Une TDS pas comme les autres – par Greg TDR Bourgoin

"Greg" gérant du magasin Terre de Running Bourgoin a fini la TDS en août dernier. Il revient sur sa course et sur la saveur particulière de cette aventure, entre challenge sportif, défi et émotions personnels de cette édition 2019. A l'image de la vie, l'Ultra est un long chemin riche en émotions et en partage.

 

A l’instar de Xavier Thévenard – mais plus modestement – le grand chelem des courses majeures de l’UTMB me tenait à cœur. Après la CCC (2012) et l’UTMB (2014), la TDS, effrayante de prime abord, restait un doux rêve de par son côté plus sauvage et montagnard que ses consœurs.

profil

Les points en poche, sans les chercher, je maintenais le cap de l’inscription malgré la boucle Beaufortaine ajoutée à l’occasion du dixième anniversaire de l’épreuve.
La loterie du tirage au sort passée avec succès, je me programmais un entrainement progressif et structuré qui devait m’emmener au départ dans les meilleures conditions possibles. La vie en avait malheureusement décidé autrement et je me retrouvais blessé, dans mon âme et dans ma chair, à la sortie du Printemps…
Le temps perdu étant irrattrapable c’est en forme, reposé mais sous entraîné, que je me retrouvais au départ de mon sixième ultra.

Une équipe de choc autour de moi et une envie décuplée me permettaient néanmoins d’être à bloc, à minima dans la tête !

TDS TOP départ

Courmayeur, mercredi 28 août 2019, 4h00

Concentré sur la ligne de départ, je n’en mène pas large face aux coureurs qui m’entourent dissertant sur les multiples kilomètres et dénivelés effectués pour être à mes côtés aujourd’hui. Pas le temps de cogiter, le départ est donné.
Quelques kilomètres roulants et bitumés nous conduisent au pied du Col Checrouit. Je dois être en milieu de peloton et la large piste 4×4 me permet de prendre mon rythme sans fournir d’effort superflu pour doubler les concurrents un peu plus lents que moi. S’en suit un single – reconnu lors du week-end choc de début Août – menant à la première partie roulante vers le lac Combal via l’Arrête du mont Favre. Mon rythme dépend alors trop des coureurs qui m’entourent.

depart

Le jour commence à se lever, et les montagnes se découvrent peu à peu autour de moi. Aucun nuage menaçant à l’horizon ! La course se poursuivra au sec.
Après le premier ravitaillement (Km 15 – 1 355m D+), je découvre le Col Chavannes et ses 2600m d’altitude. Une longue ascension en single bercée par les encouragements constants d’un bénévole hurlant depuis le sommet. J’ignore s’il en a conscience mais l’entendre nous permet d’oublier quelque peu les pourcentages parfois indigestes de cette magnifique grimpette sauvage. Je jette un œil à l’arrière : les écarts commencent déjà à être conséquents.

Je gère l’interminable descente roulante vers Alpetta, m’étonnant toujours de ceux dont le rythme et la foulée ne semblent pas en phase avec la distance restant à parcourir. L’entrée en France – via le col du Petit Saint Bernard – marque la première baisse de régime significative. L’approche du mur final est plus exigeante que sur le profil et c’est à bout de force, mais sous les encouragements de nombreux spectateurs, que je parviens au premier ravitaillement majeur (Km 35 – 2 500m D+).
Le temps de recharger les batteries et je me lance prudemment dans les ultimes kilomètres de la première étape.

Bourg Saint Maurice, mercredi 28 août 2019, 10h57

L’objectif d’arriver au premier point d’assistance dans un état de relative fraîcheur est manqué ! Ces cinquante premiers kilomètres ont déjà bien entamé mon – petit – capital physique et la suite des festivités ne laisse rien présager de bon. Néanmoins, voir le copain Toinou, le frangin Patou et mon grand aux petits soins regonfle le moral. Qui plus est, la présence surprise des copains du jeudi venus m’apporter leur soutien, ainsi que les innombrables messages reçus transmettent une force difficile à expliquer qui permet de repartir en mode guerrier.

equipe-dassistance
Et de guerre – sportive j’entends bien – il en est quasi question, tellement le menu est indigeste : 2 000m de D+ pour rejoindre le Passeur de Pralognan via le magnifique Fort de la Platte. Le plaisir des yeux, l’enfer des quadris. Une pente si raide que, par moment, les bâtons hissent plutôt qu’ils n’assistent. Régulièrement, des coureurs s’écartent de la trace pour retrouver leur souffle ou faire baisser le lactique. Pour certains, la course s’arrête ici, moteur serré malgré une météo clémente sous un ciel voilé. Et nous ne sommes pas encore à la mi-course !

Attardons-nous sur ce fameux Passeur de Prolognan : outre une marche d’approche de plusieurs heures, son ascension finale, dans un décor lunaire, consumera toute les ressources énergétiques de votre corps. Au sommet, sans que l’endroit s’y prête, je n’ai pu faire autrement que de me poser une quinzaine de minutes. Il aurait été déraisonnable de m’attaquer à la redescente (avec cordes !) dans l’état dans lequel j’étais : vidé ! Cette pause – plus indispensable que salvatrice – me permit de reprendre bon nombre d’imprudents n’ayant pas mesuré l’impact qu’avait eu ce doublé Fort de la Platte – Passeur de Pralognan.

Cormet de Roseland, mercredi 28 août 2019, 15h11

Assistance non autorisée, mais assistance présente ! Quel plaisir d’entendre le front de libération des roux, de voir le sourire de mon fils et de sentir les bras forts de mon Patou et, dans mon esprit, si je passais ce cap, rien ne pouvait m’empêcher de voir Chamonix…

Négligence quasi fatale, le passage vers la Gittaz allait marquer mon esprit, mon corps et presque ébrécher mon mental. Malgré la spéciale « Papa Greg » de Nadia et Bourriquet dans l’invraisemblable passage du curé, les jambes allaient rendre l’âme dans la terrible montée, droit dans le pentu, du versant ouest du col. Les forces restantes ne semblaient plus suffisantes pour affronter les crêtes vers le Pas d’Outray mais une bonne foulée Espagnole vint à mon secours me sortant progressivement de cette spirale négative.

merci-papa-greg

Beaufort, mercredi 28 août 2019, 21h

Impossible de me cacher ! Plus grand-chose ne tourne rond mais, à cet instant, je ne le sais pas encore, je vais vivre le moment le plus intense de toute cette aventure. Mon petit bonhomme de 13 ans, à lui seul, n’aura besoin que de 30 minutes pour me faire oublier fatigue, douleurs et même l’entrée dans la nuit que je redoutais tant. La demi-heure parfaite ! Le pit stop le plus bénéfique des 1700 coureurs autour de moi (un peu moins à cet instant de la course). L’ascension suivante vers Hauteluce – après avoir embrassé mon Patou et mon Rouquin accompagnés d’autres copains du jeudi – se fera avec l’énergie de l’amour d’un fils pour son papa. Celui que la vie ne m’autorise plus transmettre me revient en plein cœur. Touché ! Mais bien loin d’être coulé…

Si le Mont Joly me fait souffrir, je n’ai pas encore atteint la réserve. Les forces, transmises par tout ce soutien ainsi que les deux étoiles qui veillent sur moi, semblent inépuisables. Pause au ravito et descente vers Notre Dame de la Gorge s’enchaînent dans une atmosphère de saine souffrance.

assistance-au-top

Les Contamines, jeudi 29 août 2019, 4h

Ça commence à tirer un peu partout mais il faut repartir. Je ne réfléchis plus à ce qui me fait avancer et si le chalet du Truc n’est que formalité, le col du Tricot se venge violemment de l’accroc que je lui avais fait quelques semaines plus tôt à plus de 800 m/h. Je ne maîtrise plus grand chose, je subis plus que je ne gère, mais j’avance, Chamonix n’a jamais été aussi proche.

Mais alors que l’ascension n’a été que souffrance, quelques larmes même peut-être, je vole littéralement dans la descente vers la passerelle de Bionnassay. Je ne maîtrise plus mon corps, j’en suis sorti, ma foulée est précise, nette et efficace, le rythme me semble infernal alors que les premières lueurs du second jour font leur apparition.
Passage rapide à Bellevue avant une descente tambour battant vers les Houches. 1h35 pour avaler 9 km et 1 250 de D-, après 26h de course, je n’en reviens pas moi-même.

Chamonix, jeudi 29 août, 9h

La dernière heure sera rendue moins difficile par les copains, sortis de leur sommeil pour m’accueillir à l’ultime ravitaillement, et les quelques kilomètres avant Chamonix partagés avec Thib.
Le centre-ville, si proche et si loin à la fois, se dresse enfin devant moi.

Les premiers applaudissements retentissent, mon Toinou et Erwan viennent à ma rencontre, l’arrivée magique sur la place du triangle de l’Amitié approche à grand pas. L’émotion monte progressivement, puis vole en éclat quand, alors que c’est tout bonnement improbable, la voix de ma chérie, Daan à son bras, résonne dans les rues Chamoniarde. Que font-ils là ? Pas le temps d’y réfléchir, nos mains se joignent et, comme deux ans auparavant, c’est avec ce que j’ai de plus cher au monde que je passe une nouvelle fois la ligne d’arrivée d’une course de l’UTMB. La plus belle arrivée pour, à ce jour, le plus beau de mes ultras.

surprise-famille-arrivee

Je m’effondre une fois la ligne passée, il n’y a que de l’amour autour de moi ! Je ne pleure pas, ma joie bloque mes larmes. On l’a fait, tous ensembles : assistance de choc, famille de dingue, amis plus ou moins proches ou simples connaissances… j’étais bien loin d’être seul durant ces 29h de course !
Alors à tous et toutes, mille mercis de m’avoir transmis force et courage pour atteindre, une nouvelle fois, la plénitude de l’ultra-traileur !

FINISHER !

TDS 2019
147 km – 9100m D+
29h – 147ème/1785 Partants – 1091 Finishers

arrivee-assistance

Vidéo officielle de la TDS (à 1mn50, je fais coucou à la caméra hélico peu avant le Pas D’Outray)
Suivi Inside  sur Instagram:

#Femme #Homme

à lire aussi...

Fête des Mères : faites plaisir aux mamans sportives !

Du 30 mai au 6 juin prochain, Terre de Running célèbre les mamans sportives ! Découvrez notre offre spéciale électronique sélectionnée pour la Fête des Mères. Et en...

Découvrez le Var Verdon Canyon Challenge 2020

Envie de courir au milieu de paysages à couper le souffle ? Découvrez ou redécouvrez le Var Verdon Canyon Challenge qui aura lieu le 12 septembre prochain (date de report),...