A la une Courir pendant ses règles, j’y vais ou pas ?

Courir pendant ses règles, j’y vais ou pas ?

On y passe toutes ! Courir pendant ses règles n'est pas toujours évident ni agréable. On hésite : j'y vais, j'y vais pas....?! Marie Paturel vous livre ses astuces et conseils préventifs pour s'entraîner pendant son cycle menstruel.

Oh la poisse, j’ai mes règles…

La vie est franchement injuste. Non seulement les filles n’ont pas les mêmes capacités et la même physiologie que les hommes (force musculaire, taux de masse grasse…), mais en plus elles doivent composer avec leurs hormones. Quand une course approche ou qu’une séance importante se profile et qu’on constate avec consternation qu’on va avoir ses règles, le moral plonge dans les abysses du bidon de ravitaillement.

s'entrainer pendant ses règles

Mais courir pendant ses règles n’est toujours pas évident ni agréable…

Bien qu’ il n’y ait aucune contre-indication à la pratique du sport pendant la période des menstruations. on constate juste ces sensations et symptômes parfois franchement désagréables :

  • Poitrine douloureuse
  • Ventre gonflé
  • Prise de poids
  • Douleurs au ventre
  • Nausées
  • Fatigue
  • Pertes de fer

Par ailleurs, le jeu hormonal entraîne une laxité ligamentaire accrue et une sensibilité plus forte pendant certaines phases du cycle (certaines études ont pointé les 12ème et 14ème jours).

 

Alors je fais quoi ? Je cours ou pas ?sentrainer-pendant-ses-regles

En fait, tout dépend de votre état. Si vous vous sentez franchement épuisée, si vos douleurs sont insoutenables, alors repoussez la séance difficile qui était prévue et remplacez-la par un simple footing tranquille.

Vous pouvez même vous octroyer du repos, cela ne changera pas la face du monde et ne vous fera pas régresser ! Vous permettrez à votre organisme de récupérer un peu pendant cette phase où le fer s’enfuit et le système hormonal tourne à plein régime.

Si vous voulez absolument vous entraîner ou qu’une compétition tombe au moment de vos règles, vous avez plusieurs solutions :

  • Pour atténuer les douleurs, vous pouvez prendre un antalgique.

Mais demandez conseil à votre médecin car tous ne sont pas recommandés ! Par exemple, l’aspirine présente un risque hémorragique : elle est donc à bannir absolument pendant les règles ! Vous pouvez aussi vous tourner vers des médecins douces (homéopathie, phytothérapie…).

  • Vous pouvez adopter un mode de contraception qui décale ou supprime vos règles.

Pas forcément recommandée par tous les médecins, la prise de la pilule contraceptive en continu présente un intérêt très simple : elle permet de vivre une compétition importante sans subir les désagréments des menstruations. Certaines femmes choisissent carrément une contraception qui supprime les règles (implant hormonal, stérilet hormonal…). Dans tous les cas, mieux vaut consulter votre gynécologue pour être sûre d’adopter la bonne stratégie !

Avoir mes règles quand j’cours, j’m’en tamPonne !

Bon, rien à faire, vous avez vos règles. Et vous êtes bien décidée à aller courir quand même !

En matière de protection, il faut être honnête : il n’y a pas de conseils universels. Certaines ne jurent que par les tampons, pratiques et confortables, tandis que d’autres ne les supportent pas et ne portent que des serviettes.

Les adeptes des coupes menstruelles vantent leurs mérites alors que d’autres estiment qu’elles ne tiennent pas bien en place.

sentrainer-pendant-ses-regle_coupe-menstruelle

Conclusion : testez tous les moyens possibles et imaginables… et choisissez ce qui vous convient le mieux !

Adaptez votre entrainemenT

Vous pouvez continuer à courir pendant vos règles, mais nous vous conseillons d’adapter votre entraînement : décalez les séances difficiles, allégez votre programme… Si vous avez une compétition, prenez un antalgique uniquement si les douleurs sont insupportables et surtout ne testez rien de nouveau (type de protection, remède antidouleur…).
Ne négligez jamais une aménorrhée et, surtout, oubliez l’idée selon laquelle « maigreur = performance ». Des études ont montré que des athlètes maigres en aménorrhée qui reprenaient du poids et retrouvaient un cycle menstruel amélioraient leurs chronos !

Focus sur le sport et les troubles du cycle menstruel

Minceur, maigreur : attention danger !

Nous, les filles, subissons la dure loi de la minceur. Et ce encore plus dans le milieu des sports d’endurance où la masse grasse est chassée comme le diable !

Pourtant la quête de la maigreur a des conséquences négatives, voire dangereuses. Une diminution des masses grasse et corporelle entraîne des modifications hormonales. Associée à la pratique d’un sport d’endurance comme la course à pied, elle entraîne très souvent des troubles menstruels, voire carrément la disparition des cycles (aménorrhée).

Plus de règles, plus de soucis pour courir ! Oui, mais la médaille a son revers : qui dit aménorrhée, dit notamment problèmes tendineux et musculaires et fragilisation osseuse (risques accrus de fractures de fatigue et, à plus long terme, d’ostéoporose).

poids-et-running

Charge d’entraînement : une corrélation avérée

Il a été démontré qu’à partir de 6 heures de running hebdomadaires et d’une augmentation de la charge d’entraînement exposent les femmes à des perturbations du cycle menstruel :

  • aménorrhée (plus de règles pendant 3 mois consécutifs)
  • oligoménorrhée (règles espacées de plus de 6 semaines et survenues de 5 à 9 fois pendant une année),
  • règles très courtes ou peu abondantes…

Loin de vous pousser à arrêter de courir ou à diminuer votre volume d’entraînement, cette constatation vise surtout à vous inciter à consulter votre médecin pour que ces perturbations n’aient pas de conséquences délétères sur votre santé.

 

Marie Paturel, journaliste et coureurse

#Femme

à lire aussi...

Brooks Cascadia 16 : Le test par Axelle !

Présentation de la chaussure Brooks Cascadia 16,...